ADAPTER LE CHANTIER AU CLIMAT

17 Novembre 2020

Plusieurs d’entre vous ont peut-être remarqué des travaux inusités la semaine dernière sur le chantier du projet Espace Péribonka. En effet, l’entrepreneur s’est afféré à recouvrir la totalité des 5168 pieds carrés du nouveau sous-sol de balles de paille. C’est donc plus de 1500 cubes de paille qui ont été déposées au fond de la tranchée de 152 pieds de long par 34 pieds de large.

L’objectif? Isoler le sol du froid mordant de l’hiver qui arrive à nos portes et qui pourrait endommager sérieusement les infrastructures construites jusqu’à maintenant. Effectivement, la fondation d’un bâtiment est normalement construite à l‘épreuve du gel, jusqu’à plus ou moins 6 pieds de profondeur idéalement. Dans ce cas-ci, les fondations sont beaucoup plus profondes, étant donné qu’un sous-sol sera aménagé à plus de 10 pieds sous le niveau du rez-de-chaussée. Par contre, advenant le cas où le sous-sol demeure à l’air libre en période hivernale, le sol situé sous les fondations au fond du trou risque de geler. Un sol qui gèle peut causer d’importantes fissures aux murs de béton en se rétractant et en se dilatant lorsque la température varie et descend près du point de congélation.

Considérant l’échéancier des travaux, le sous-sol devra demeurer à l’air libre une bonne partie de l’hiver en attendant que la structure soit érigée et que les murs et la toiture soient construits. Par souci d’économie de coût de chauffage, il a donc été convenu d’isoler le sol avec de la paille, un élément isolant efficace, recyclable et abordable qui, combinée avec des toiles isolantes et éventuellement de la neige, assurera une isolation adéquate et ce, sans chauffage. Des thermomètres seront installés pour vérifier la température du sol à tout moment. La paille provient d’agriculteurs locaux et sert normalement à créer des zones de confort pour les animaux des différentes fermes de la région. Il faut se rappeler qu’à une certaine époque, elle servait également à isoler des bâtiments. Lorsque le reste de l’ouvrage sera érigé et chauffé adéquatement, l’ensemble des balles de pailles pourront être retirées et retournées aux agriculteurs. La dalle de béton du sous-sol pourra alors être coulée avec un climat tempéré à l’intérieur et les travaux se poursuivront jusqu’au printemps.

Publié par Les Maîtres d’Oeuvre

www.mdoarchitectes.com En 1993, les architectes Carl Hovington et Luc Gauthier assuraient la continuité de la firme Les Maîtres d’Oeuvre. Ils perpétuaient ainsi la tradition d’excellence d’avant-garde qu’avaient établie leurs prédécesseurs au début des années 40. Ils ont su transformer cet héritage et le modeler à leur approche actuelle. Une philosophie de l’architecture est née. Les Maîtres d’Oeuvre, c’est une équipe innovatrice et expérimentée, consciente des enjeux qui accompagnent chacun de ses mandats. La firme se distingue par son processus de recherche qui facilite la synergie des usagers tout en répondant aux nombreuses exigences techniques et financières qui sous-tendent chaque projet. Depuis plus de 20 ans, l’approche audacieuse du groupe favorise la valorisation du projet par la perception d’un geste architectural unique dans l’espace-temps et préconisant une signature contemporaine et ancrée au paysage urbain.

Un avis sur “ADAPTER LE CHANTIER AU CLIMAT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :